Escalade sportive

Escalade sportive : la devise olympique, au propre comme au figuré

Montréal, 23 novembre 2016 – La compétition d’escalade sportive qui sera disputée à Tokyo en 2020 sera un combiné de trois épreuves qui sont en lien direct avec la devise olympique : la vitesse pour plus vite, la difficulté pour plus haut et celle du bloc pour plus fort!

À l’image de plusieurs nouveaux sports, l’escalade sportive est sortie de son cadre naturel pour déménager en ville, sur des parois artificielles, et le spectacle promet d’être une démonstration athlétique de haut niveau.

Les Japonais sont bien classés au niveau mondial, surtout au bloc et la difficulté, alors il n’est pas étonnant que le comité organisateur des Jeux de 2020 ait favorisé la candidature de ce sport auprès du Comité international olympique. Même au sein de la communauté des grimpeurs, on est agréablement surpris de voir le sport accéder officiellement à la famille olympique, sachant que l’International Federation of Sport Climbing (IFSC) existe seulement depuis 2007.

« Il y a de l’excitation dans le milieu! Les jeunes sont déjà plus actifs dans ce format de compétition que les adultes. La structure de compétition est plutôt récente et nous sommes en train de créer cet esprit d’athlète de haut niveau », soutient Maria Izquierdo, présidente de Climbing Escalade Canada et directrice des opérations au centre d’escalade montréalais Horizon-Roc.

La transformation olympique

Active au sein de hautes instances de son sport depuis 2009, la Québécoise a été une témoin privilégiée de l’accession de l’escalade sportive aux Jeux olympiques. Le format des compétitions qui seront présentées aux Jeux doit respecter les exigences du Comité international olympique (CIO) et comme c’est souvent le cas lorsqu’un sport devient olympique, ces exigences ne sont pas toujours en harmonie avec celles qui ont permis au sport de se développer. Et cela provoque des grincements de dents chez certains.

À titre d’exemple, le premier triathlon olympique à Sydney, en 2000, on avait autorisé les athlètes à rouler en peloton dans la portion de vélo, ce qui était auparavant interdit aux épreuves de Coupe du monde et des Championnats du monde. Cette modification donnerait un avantage pour ceux qui étaient moins bons en cyclisme et meilleurs en course à pied.

L’épreuve de la difficulté était le choix de l’IFSC pour les Jeux de Tokyo, mais le CIO préférait celle de la vitesse, ce qui n’aurait pas été satisfaisant aux yeux de la fédération. Le compromis a donc été de présenter le combiné. Cela aura un grand impact chez les grimpeurs, car pour l’instant, les spécialistes sont beaucoup plus nombreux que les généralistes, d’autant plus que le combiné actuel regroupe seulement la difficulté et la vitesse.

bloc_3
Photo : International Federation of Sport Climbing

« Ça change complètement la donne! Les athlètes n’auront pas le choix d’être bons dans les trois disciplines et je pense que nous allons trouver un nouveau profil de grimpeur », avance Laure Mathieu, ancienne membre de l’équipe de France et entraîneuse chez Horizon Roc.

Les futurs grimpeurs olympiques sont donc engagés dans une course de quatre ans pour devenir rapides pour l’épreuve de vitesse, explosifs pour celle du bloc et endurants pour la difficulté.

Maria Izquierdo sait que la fenêtre pour la mise en place de ce nouveau paradigme est courte, mais que tous partiront côte à côte sur la ligne de départ.

bloc_2
International Federation of Sport Climbing

« Oui, traditionnellement, la majorité des athlètes de haut niveau sont spécialisés et présentement, c’est une minorité qui pratique le combiné. Par contre, les athlètes ont maintenant quatre ans pour se préparer, faire leur choix et s’entraîner en conséquence. »

Le temps presse aussi du côté organisationnel à l’échelle canadienne. La fédération nationale existe, mais elle ne compte aucun employé rémunéré ou permanent et elle n’est pas encore soutenue financièrement par Sport Canada, pas plus que les athlètes d’ailleurs. À cela s’ajoute l’arrivée du sport aux Jeux panaméricains de Lima, en 2019, qui servira en quelque sorte de répétition générale avant le rendez-vous de Tokyo un an plus tard.

« Il y a énormément de pression. Je dois saluer le travail de la fédération internationale, une toute petite équipe qui a fait un travail impressionnant. Le défi est grand et la charge de travail augmente même si le financement n’est pas toujours aussi rapide que souhaité », constate Mme Izquierdo.

La procédure de qualification olympique sera adoptée en mars prochain à l’Assemblée générale annuelle de la fédération internationale qui aura lieu à Québec.

L’escalade sportive aux Jeux olympiques

Qu’est-ce que c’est?

Une épreuve féminine et une masculine. La compétition disputée sur deux jours est un classement cumulatif de trois disciplines soit le bloc, la difficulté et la vitesse. 20 femmes et 20 hommes seront au nombre des inscrits.

Bloc

Ascension maximale de 4 mètres où le grimpeur n’est pas encordé. Le parcours compte un maximum de 10 mouvements et les prises offrent peu d’adhérence. L’explosivité musculaire est primordiale pour atteindre la prise finale.

Difficulté

L’athlète grimpe en premier de cordée et doit se rendre le plus haut possible en moins de 8 minutes. Comme son nom l’indique, la voie à grimper est particulièrement difficile. Cette discipline est la plus proche de l’escalade traditionnelle.

Vitesse

Deux athlètes grimpent côte à côte encordés en moulinette sur un parcours identique d’une hauteur de 15 mètres. Les deux participants prennent le départ en même temps et doivent stopper le chronomètre en touchant une plaque qui se trouve au sommet du parcours. Le plus rapide l’emporte.

Espoirs canadiens

Le Britanno-Colombien Sean McColl est champion du monde 2016 du combiné.

Espoirs québécois

Il y a une belle relève chez les juniors québécois, mais étant donné que chaque épreuve olympique sera limitée à 20 participants, il serait surprenant de voir un représentant du Québec à Tokyo dans quatre ans.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s