Karaté

Le karaté aux Jeux olympiques : un rêve devenu réalité !

Montréal, 23 novembre 2016 – « Enfin ! » C’est ce que disent les karatékas quand ils se font demander leurs impressions sur l’ajout de leur sport aux Jeux olympiques.

Maintes et maintes fois, l’art martial s’est vu refuser une place au prestigieux rendez-vous international. Il a finalement fallu que des Jeux soient organisés au Japon, pays d’origine du karaté, pour qu’il y soit invité.

« C’est une grande fête pour la communauté mondiale du karaté ! Au niveau canadien, ç’a soulevé énormément d’enthousiasme. C’était quelque chose que nous attendions depuis tellement longtemps. Plusieurs athlètes qui performent bien à l’international rêvaient de cette chance, et enfin, ils l’ont ! », a affirmé Olivier Pineau, directeur général de Karaté Canada.

Une chance inouïe

Avant l’ajout du sport aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, le plus haut sommet que les athlètes pouvaient atteindre était les Championnats du monde.

« C’est maintenant l’objectif que tout le monde veut atteindre. Honnêtement, la dernière fois que la demande d’ajout du karaté avait été refusée, nous pensions que c’était la fin. Nous étions certains que notre sport ne ferait jamais partie du programme olympique », se souvient Camélie Boisvenue, membre de l’équipe nationale.

« Disons que nous avons été chanceux que les prochains Jeux soient à Tokyo. Le karaté est un sport traditionnel là-bas », a-t-elle ajouté.

Bien entendu, l’athlète de 20 ans vise maintenant un billet pour le rendez-vous japonais dans quatre ans. « Pour moi, c’est parfait. Dans 3 ans j’aurai 23 ans et je serai à mon meilleur. C’est l’âge où l’on atteint notre sommet. »

Actuellement âgé de 23 ans, Patrice Boily-Martineau est aussi membre de l’équipe représentant actuellement la feuille d’érable à l’international. Il croit aussi que l’ajout du karaté aux Jeux de Tokyo est un cadeau pour sa discipline.

« Je trouve ça vraiment bien que le karaté soit rendu aux Jeux olympiques, ça va faire avancer notre sport dans une nouvelle direction, je crois », a mentionné celui qui n’est pas encore certain de son avenir sportif.

Une nouvelle fenêtre

Le directeur général de Karaté Canada espère que les Jeux olympiques offriront une nouvelle visibilité à son sport. Déjà depuis l’annonce, il a constaté plus d’intérêt pour le karaté.

Il y a aussi possibilité d’aller chercher du financement supplémentaire pour les athlètes. « De ce côté, ça va vraiment dépendre des performances internationales », indique Olivier Pineau.

Il croit que les deux résultats historiques obtenus à la compétition de kata des derniers Championnats du monde pourraient être un bon argument.

« Cela nous permet d’amorcer un dialogue intéressant avec À nous le podium pour voir si nous obtiendrons davantage de financement pour nos programmes de haute performance de l’équipe nationale. Ça peut faire une différence significative pour nous, voire même doubler notre budget haute performance en un an », explique le directeur général qui croit que le pays pourra rivaliser avec les meilleurs au monde grâce une préparation adéquate.

Le Québec dans le monde

Plusieurs Québécois se sont illustrés sur la scène internationale. En combat (kumite), Camélie Boisvenue a notamment remporté la médaille d’argent aux Jeux panaméricains de 2015, ainsi qu’aux Championnats continentaux de cette même année.

Kamille Desjardins compte aussi à son palmarès plusieurs médailles des Championnats continentaux, en plus d’une première place aux Championnats panaméricains de la jeunesse en 2012. Patrice Boily-Martineau, Marianne Boulé, Nicolas Bisson, Daphné Trahan-Perreault et Carl Rodrigue font aussi partie de l’équipe nationale. Ils ont d’ailleurs tous participé aux derniers mondiaux.

À quoi s’attendre à Tokyo ?

Au programme en 2020 : katas et kumite. Seulement 20 karatékas pourront démontrer à la planète leurs habiletés en kata. En kumite, un total de 60 athlètes, 30 hommes et 30 femmes seront divisés en trois catégories de poids.

« On ne connaît pas encore les catégories, explique Camélie Boisvenue. On ne connaît pas non plus les compétitions du processus de qualification. »

Selon Olivier Pineau, plusieurs avenues sont envisagées. « Même si ce n’est pas encore confirmé, beaucoup de poids est attribué à un système de pointage étalé sur deux ans. Les athlètes en tête du classement seraient choisis. »

Les particularités du karaté

Le karaté, est un sport de vitesse et de précision, jugé par un système de pointage.

Les coups au visage et au corps valent entre deux et trois points. Voici un exemple de combat : une performance de Camélie Boisvenue aux Jeux panaméricains de Toronto 2015.

 

Dans les catégories féminines,les combats durent 2 minutes. Chez les hommes, ils sont d’une durée de 3 minutes. Quand un écart de huit points est observé, le match prend fin.

Dans les catégories seniors, il doit y avoir contact contrôlé. Des pénalités sont cependant infligées si le contact est trop fort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s